Une feuille de route en faveur de la circularité et du recyclage des plastiques au Canada – Normes techniques, règlements et recherche

Mention de la source

  • Immell, T., Yang, W., Quan, L., Farling, S., Patel, P., Shanmuganathan, S. (2020). Une feuille de route en faveur de la circularité et des recyclage des plastiques au Canada – Normes techniques, règlements et recherche. Association canadienne de normalisation, Toronto (Ontario), Canada.

Sommaire

La quantité actuelle de plastiques non recyclés pose un problème de plus en plus important, surtout que les prévisions de forte croissance se maintiennent pour l’industrie de la fabrication des plastiques. La polyvalence, le faible coût et la facilité de fabrication du plastique ont stimulé une croissance rapide depuis le début de sa production dans les années 1950. Aujourd’hui, le plastique est omniprésent dans la société. Le volume considérable de plastiques produits pose des problèmes environnementaux et de gestion des déchets de plus en plus préoccupants. Pour y remédier, les gouvernements locaux, provinciaux et nationaux introduisent un large éventail de politiques et de mandats pour réglementer les plastiques, en particulier les plastiques à usage unique et les emballages en plastique.

Dans le cadre de la présidence du G7 en 2018, le Canada a défendu l’élaboration de la Charte sur les plastiques dans les océans afin d’aller vers une approche plus durable de la production, de l’utilisation et de la gestion des plastiques. Par l’entremise du Conseil canadien des ministres de l’environnement (CCME), les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont approuvé en principe une stratégie pancanadienne visant l’atteinte de zéro déchet de plastique. S’appuyant sur la Charte sur les plastiques dans les océans, la stratégie adopte une approche d’économie circulaire des plastiques et fournit un cadre d’action au Canada. La stratégie décrit les domaines dans lesquels des changements sont nécessaires tout au long du cycle de vie du plastique, de la conception à la collecte, en passant par le nettoyage et la valorisation, et souligne les occasions économiques et commerciales liées aux plastiques durables. Cette stratégie devrait être un moteur d’innovation et créer des occasions qui accroîtront la compétitivité des nouveaux modèles commerciaux, des solutions de conception de produits et des technologies de prévention et de récupération des déchets. En 2019, le CCME a approuvé la première phase du plan d’action, identifiant les activités gouvernementales qui appuient la mise en œuvre de la stratégie. Une deuxième phase suivra en 2020 et portera sur les cinq derniers domaines clés de la stratégie.

Le présent rapport a pour but d’explorer le paysage actuel et la possibilité de mettre en place des normes permettant de réaliser une économie circulaire pour les plastiques. Actuellement, au Canada, seuls 9 % des plastiques sont recyclés à leur fin de vie [1]. Environ 90 % des plastiques canadiens proviennent de l’industrie pétrolière et gazière. Presque tous les secteurs de la société utilisent actuellement le plastique et créent des déchets plastiques, allant des environnements résidentiels et professionnels, à la construction et à l’agriculture. Bien que les gouvernements, les entreprises et les organisations se soient engagés à remédier aux faibles taux de recyclage, certains défis et obstacles majeurs affectent toujours la recyclabilité des plastiques.

Les recherches menées aux fins du présent rapport visaient à obtenir l’avis des parties prenantes et des experts de l’industrie, des organismes environnementaux, des défenseurs du recyclage, des gouvernements et des universitaires sur les obstacles, les défis, les possibilités et les solutions normalisées au faible taux de recyclage des plastiques au Canada. Tous les aspects de la chaîne de valeur du plastique ont été examinés dans le cadre d’une série d’entrevues, de réunions et d’études portant sur le système actuel et futur de recyclage des plastiques au Canada et dans d’autres grands pays.

Le présent rapport explore la gestion des plastiques post-consommation et post-industriels à la fin de vie du produit. Les processus de collecte, de tri et de recyclage du plastique et leurs nombreuses étapes/parties prenantes sont interconnectés et influencés par la première utilisation du plastique. Plusieurs grandes marques se sont engagées à accroître leur utilisation de plastique recyclé. Beaucoup ont apporté des changements à leurs produits afin d’en accroître la recyclabilité en fin de vie, dans le cadre de programmes volontaires comme l’Engagement mondial de la nouvelle économie des plastiques de la Fondation Ellen MacArthur. De nombreux pays ont également mis en place des politiques, des règlements et des normes pour accroître la quantité de contenu recyclé dans les produits manufacturés.

L’utilisation de plastiques post-consommation dans les nouveaux produits est entravée par quatre facteurs importants : (1) le coût, (2) la qualité, (3) l’offre et (4) la demande du marché. Le coût élevé, la qualité variable et l’offre limitée des plastiques post-consommation n’incitent pas la chaîne d’approvisionnement en amont à les utiliser. De la même façon, un promoteur ou un entrepreneur général préfèrera utiliser de nouveaux matériaux de construction. En effet, les matériaux vierges sont plus économiques, plus faciles à utiliser, de qualité constante et, si nécessaire, disponibles en quantité suffisante. De plus, un matériau dont l’utilisation exige plus de temps et de travail ne présente pas d’intérêt économique.

Un développement intéressant pour tous les participants de l’industrie a été l’augmentation de la demande pour des produits en plastique qui contiennent des plastiques recyclés/post-consommation. Il est devenu évident que les détaillants et les acheteurs institutionnels se renseignent sur le niveau de plastique post-consommation dans les produits qu’ils achètent, voire exigent un certain niveau. La promotion de cette demande croissante du marché à l’égard des plastiques post-consommation est une étape cruciale pour faire augmenter le taux de recyclage des plastiques qui entrent sur le marché canadien. L’élaboration de plusieurs normes et lignes directrices clés est recommandée pour soutenir ce marché dans le rapport.