Soutenir la santé mentale et le bien-être dans les établissements de soins en hébergement communautaire

Citation

  • MacCourt, P. (2021). Soutenir la santé mentale et le bien-être dans les établissements de soins en hébergement communautaire. Un cadre pour des solutions basées sur la normalisation. Association canadienne de normalisation, Toronto, ON.

Sommaire

Le 11 mars 2020, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que la nouvelle maladie du coronavirus (COVID-19) était une pandémie mondiale, et il est devenu évident que les établissements de soins en hébergement communautaire, en particulier les foyers de soins et les établissements de soins de longue durée, étaient l’épicentre d’infections et de décès. Des lacunes structurelles et systémiques prépandémiques (comme une main-d’œuvre de première ligne précaire alimentée par des décennies de déréglementation, la privatisation, l’externalisation de services de soutien, des niveaux de dotation inadéquats, des établissements médicaux vétustes, des services de soins réduits et un manque de surveillance efficace) ont créé un système surmené qui ne pouvait pas répondre à la pandémie. La réduction systématique du personnel offrant une couverture médicale, du personnel infirmier réglementé, des physiothérapeutes et des ludothérapeutes, ainsi que des travailleurs sociaux a fait en sorte que des aides-soignants mal formés ont eu à se débrouiller seuls avec peu de soutien pour répondre aux besoins complexes des résidents. Dans de telles circonstances, et dans de nombreux établissements, cela a entraîné l’utilisation d’un modèle de soins institutionnel axé sur les soins physiques et personnels de base et sur l’achèvement des tâches. Les besoins psychosociaux, de santé mentale et émotionnels, ainsi que les facteurs qui favorisent le bien-être et la qualité de vie, ont été largement ignorés, car le personnel avait de la difficulté à fournir simplement les soins physiques de base, même avec compassion, et les résidents ont dépéri.

Les problèmes de santé mentale sont fréquents dans les établissements de soins de longue durée, la majorité (76 %) des résidents ayant reçu un diagnostic de trouble mental (40 %) ou de maladie d’Alzheimer et de démence connexe (36 %) [1]. De plus, l’état confusionnel touche 40 % des résidents des établissements de soins de longue durée [2], jusqu’à 20 % des résidents vivent avec un trouble anxieux, et entre 6,5 % et 58,4 % des résidents présentent des symptômes d’anxiété cliniquement significatifs [3]. De 2 % à 3 % des résidents d’établissements de soins de longue durée vivent avec la schizophrénie [4]. La prévalence médiane de la démence est de 58 % dans les établissements de soins de longue durée, et 78 % des personnes atteintes de démence sont atteintes de symptômes comportementaux et psychologiques de la démence (SCPD) [5]. Environ 19 % des résidents présentent des comportements agressifs graves à très graves [6]. L’accès à une formation continue pour le personnel de l’établissement sur la reconnaissance et la prise en charge de la maladie mentale et des SCPD est limité, tout comme l’accès aux conseillers en santé mentale, particulièrement dans les régions rurales et éloignées. Compte tenu de ces circonstances et d’une première ligne surmenée, des interventions pharmacologiques peuvent être mises en œuvre plutôt que psychosociales, qui sont parfois inadéquates.

Le but de ce rapport est d’élaborer une orientation complète avec des recommandations visant à soutenir la santé mentale et le bien-être des personnes vivant dans des établissements de soins en hébergement communautaire, et qui pourraient fournir un cadre pour une nouvelle norme. La méthodologie comprenait (1) une revue de la documentation scientifique révisée par des pairs et de la documentation parallèle sur les stratégies ou interventions, pratiques, programmes, formations et politiques qui soutiennent la santé mentale et le bien-être des personnes vivant dans des établissements de soins en hébergement communautaire, (2) des entrevues avec des informateurs clés et (3) un sondage en ligne auprès de personnes ayant de l’expérience dans des établissements de soins en hébergement communautaire. Un résumé des résultats a été compilé dans un rapport de recherche (partie A), organisé selon un cadre de promotion de la santé mentale. Les points clés de la documentation de recherche ont ensuite été utilisés pour élaborer un document d’orientation (partie B).

Un cadre de promotion de la santé mentale met l’accent sur la réciprocité des résidents, des proches aidants et du personnel dans le milieu des soins à domicile, et s’applique aux personnes qui ne sont pas atteintes de maladie mentale, à celles qui risquent de vivre avec la maladie mentale et celles qui vivent déjà avec la maladie mentale. Un cadre de promotion de la santé mentale est conforme à la stratégie et au plan d’action mondiaux sur le vieillissement et la santé de l’Organisation mondiale de la santé. Les actions clés comprennent l’orientation des systèmes de santé autour de la capacité intrinsèque et des capacités fonctionnelles, le développement et l’accès à des soins cliniques intégrés et centrés sur les personnes âgées de qualité, et la mise en place d’une main-d’œuvre en soins de santé durable et adéquatement formée, déployée et gérée [7].

Les environnements physiques et sociaux, qui interagissent souvent l’un avec l’autre, sont des influences puissantes sur la vie quotidienne des résidents, leurs capacités et leur activité. Des preuves et une opinion d’expert sont fournies sur la façon dont les installations sont en mesure d’être conçues, modifiées et adaptées pour soutenir la santé mentale, le bien-être et la qualité de vie des résidents. De la même façon, il y a des preuves qu’un environnement social soutenu par un modèle relationnel de soins centrés sur la personne a des effets positifs sur la santé mentale, le bien-être et la qualité de vie des résidents, ainsi que sur le moral, la satisfaction et le maintien de l’effectif. Il existe de nombreuses approches efficaces pour réduire l’isolement social, renforcer les capacités des résidents et résoudre les problèmes de santé mentale qui peuvent être mis en œuvre dans les établissements de soins en hébergement communautaire. Les relations entre les résidents, leurs familles et le personnel sont importantes pour le bien-être des résidents et peuvent être soutenues et améliorées.

Le lien entre la qualité des soins des résidents et la qualité de vie avec un environnement de travail favorable et le bien-être du personnel a été clairement établi par les effets de la pandémie. Plus de personnel de première ligne/de soins directs, autonomes et dotés de meilleures conditions de travail, des changements apportés à la façon dont les soins sont organisés, un leadership de soutien axé sur les gens et une augmentation du nombre de professionnels de paramédicaux, ce sont là tout ce qui est nécessaire pour permettre aux établissements de créer des environnements et des conditions qui soutiennent la santé mentale et le bien-être de tous les résidents, familles et fournisseurs de soins. De plus, étant donné la diversité et la complexité de la population résidente dans les établissements de soins de longue durée et l’importance des problèmes ou des maladies de santé mentale, l’accès à une formation spécialisée sur la démence et la santé mentale, des consultations et la gestion des comportements difficiles est essentiel pour augmenter la capacité du personnel de l’établissement à fournir des soins de santé mentale compétents et assurer le bien-être des résidents.

La COVID-19, en exposant les défauts dans la façon dont les soins communautaires résidentiels sont fournis, nous a également donné une carte et une occasion de mettre en œuvre des changements qui permettront aux établissements de soins de longue durée et aux autres établissements de soins résidentiels de devenir des lieux où les résidents s’épanouissent et où le personnel est enthousiaste de travailler. Les politiques et pratiques visant à favoriser un environnement de soins résidentiels positif pour les résidents, les familles et le personnel sont décrites tout en reconnaissant que le gouvernement a la responsabilité de financer les installations et de construire et de soutenir adéquatement une main-d’œuvre, en quantité suffisante, et grâce aux compétences et aux connaissances variées requises pour répondre aux besoins globaux et complexes de nos citoyens les plus vulnérables.