L’industrie du transport est confrontée à un défi majeur. Ce secteur critique de l’économie représente un tiers de la demande mondiale d’énergie et 14 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre – et c’est celui dans lequel les énergies renouvelables sont le moins utilisées.1 Sans une solution économiquement viable pour une décarbonisation profonde, le secteur du transport ne sera pas capable de contribuer efficacement aux objectifs mondiaux de réduction du CO2 pour 2050. Une transformation dans l’utilisation de l’énergie dans le secteur du transport est nécessaire pour atteindre les objectifs climatiques mondiaux, améliorer la durabilité des environnements urbains, améliorer la sécurité énergétique et réduire la dépendance au pétrole.2 Une partie de cette transformation doit inclure l’adoption massive d’énergies propres, qui dépend largement du déploiement d’une infrastructure alternative qui permette aux consommateurs d’utiliser sans problème l’équipement de distribution du combustible pour ravitailler leurs véhicules. Cela ne peut être réalisé que par l’entremise d’un cadre réglementaire économique, qui soit adéquatement étayé par des normes et codes acceptés nationalement.